521 - Avril 2012
22 Février 2012 - 24 Mars 2012

Téléchargez

DISCERNER DE NOUVELLES ORIENTATIONS POUR LE MINISTÈRE

Intervention du Père Général à la Rencontre de la Province OMI Lacombe
Nous avons publié, dans le numéro de mars d’OMI Information, la première partie de l’intervention du Père Général, le 16 novembre 2011. En parlant de la conversion à laquelle nous appelle le dernier Chapitre, il a commencé par traiter de la liberté intérieure nécessaire à cette conversion. Ce qui suit est une continuation de ce discours.

Deuxième Partie

B – VIVRE POUR LA GLOIRE DE DIEU: Toujours et toujours encore, Eugène de Mazenod redit que les Oblats doivent être “zélés pour la gloire de Dieu” ; c’est bon de penser à cet aspect de la mission de Dieu à laquelle nous participons. Le document du dernier Chapitre, parlant de « franchir les frontières », nous demande de discerner nos motivations (Actes du 35ème Chapitre, p. 26, §7). Considérer les motivations est essentiel, au moment de se charger d’un ministère. La question importante consiste à se demander si je remplis tel ministère en premier lieu pour Dieu, pour les pauvres ou pour moi-même. Il y a quelques années, on a demandé aux Supérieurs majeurs de la Conférence des Religieux, aux USA, si nous accomplissions notre ministère comme réponse à un appel du Seigneur ou comme une façon de combler nos propres besoins. C’est un appel très radical à la conversion consistant à se repentir de la recherche de soi-même, à travers le ministère auprès des pauvres, afin de ne vivre que pour Dieu, comme Saint Eugène nous appelle à le faire.

Aujourd’hui, notre façon de parler emploie de telles expressions: “ce ministère me donne vraiment des énergies” ou “ce que je fais est pour moi source de vie”. La question est pour qui est-ce source de vie ? Pour moi ? A qui ce ministère donne-t-il des énergies ? A moi! Est-ce bien de cela qu’il s’agit dans le ministère? Je ne dis pas que c’est mal. Évidemment c’est bon de trouver de la vie et de l’énergie en ce que je fais. Mais ce n’est pas de cela qu’il est tout d’abord question dans le ministère. C’est un effet secondaire de notre ministère pour lequel nous rendons grâce quand il existe. Si notre motivation est de servir la mission de Dieu et le centre de nos vies est de faire la gloire de Dieu, alors nous avons la liberté et la disponibilité de dire : « Me voici, envoie moi ». Alors nous pouvons dire au Directeur du personnel « je suis disponible pour être envoyé là où je suis le plus nécessaire dans la Province. »

Se repentir consiste à demander à Dieu la grâce d’être capable de reconnaître que dans la mission il en va d’abord de Dieu, qu’il s’agit de vivre pleinement pour Dieu, de rechercher la volonté de Dieu et d’admettre que parfois nous sommes englués dans nos propres intérêts. Sans doute, avons-nous fait de bonnes choses, mais nous aurions pu en avoir fait bien plus !

C – COMMUNION: La repentance nous interpelle aussi dans le domaine de la communion apostolique. Le but de notre vie est de refléter, par notre communion, l’amour, l’unité, le partage et la communion du Dieu Trinité. Sommes nous libres afin de vivre en communauté et de travailler avec d’autres ?

Les tendances de la société (p. ex. l’individualisme, le travail-drogue, la consommation, le sécularisme, le matérialisme, le narcissisme, etc.) nous influencent et nous ont coupés des autres, en mettant l’accent sur l’individu et ses réalisations. L’Évangile, nos CC&RR et les Chapitres généraux, par contre, nous ont constamment appelés à nous renouveler dans la communauté apostolique, comme signe de la vie même de Dieu. Nous devons faire quelque chose pour fortifier la vie de nos communautés apostoliques, la communion fraternelle, dans le partage en profondeur de notre foi et de notre vie, notre souci les uns pour les autres, l’aménagement de temps et d’espace pour la prière, les repas, les rencontres et les temps libres. Le partage concerne aussi les finances et la mise en commun de tout. Nous avons besoin du souffle de l’Esprit pour transformer nos cœurs et nous rendre capables de faire le grand Passage (la Pâque) vers la mission, comme fruit de notre communion. Avec toutes nos limites personnelles reconnues et acceptées, au fait des défis qui nous attendent en ce domaine, nous sommes appelés continuellement à travailler à la mise sur pied de communautés apostoliques, caractérisées par des relations significatives. Tout en ayant des liens profonds avec les amis, la famille et les compagnons du ministère, notre vie oblate devrait être le lieu où se vivent de profondes relations de foi, de vie religieuse missionnaire qui nous nourrissent et nous aident à grandir en sainteté. La demande du Fondateur de vivre la charité est un appel à nous donner nous-mêmes à ce processus de création de la communion oblate, en vivant ensemble. Le vœu de persévérance engage chacun de nous à se donner toujours et encore (oblation) pour entretenir une communion de toute la vie entre nous.

II – Nous regardons le Sauveur: Quand nous interrogeons notre vie sous le regard bienveillant de Dieu, nous ressentons le besoin d’un ami qui nous sauve. Nous redécouvrons Jésus encore et encore comme l’amour plein de compassion du Père, qui nous accueille à la maison et nous sauve. C’est la racine de notre identité oblate et de notre spiritualité. Ceci comporte, comme notre Fondateur l’a écrit, la découverte intime de l’amour de Dieu pour nous, au point de verser de vraies larmes. Cette expérience doit être approfondie, gardée en mémoire et vécue encore et encore. Nous grandissons dans l’amour de Jésus par la prière, l’étude, la contemplation de la Parole et par les relations avec d’autres, les pauvres en particulier.

Comment pouvons-nous prêcher la Bonne Nouvelle du Sauveur et de son Règne, si nous ne vivons pas et ne restons pas en sa compagnie ? Nous suivons Jésus, non pas comme une idée, mais comme un ami, un frère, comme le Sauveur. Nous sommes des missionnaires qui prêchons l’Évangile aux pauvres et comme tels, c’est Jésus que nous annonçons, c’est d’une personne dont nous sommes passionnés. Une vieille caricature tiré de « Family Circus » montre une famille à l’église, au moment où le pasteur prêche. La petite Dolly montre le Pasteur et, en s’inclinant vers son père, elle demande : « Papa, est-il réellement l’ami de Dieu, ou est-ce simplement une affaire ? » Une bonne question pour nous aussi « Sommes-nous les amis de Jésus ? » dans le sens le plus profond du mot « ami ».

L’Appel à la Conversion est toujours relié à Jésus: libérés par lui, aimés de lui, stimulés par lui, et établi par lui, avec le Saint Esprit. Au cœur du charisme de Saint Eugène, il y a Jésus : nous sommes attirés par lui, pour nous identifier à lui, et lui permettre de vivre en nous, en reproduisant en nous les traits de sa vie. (OMI CC&RR §2).

III - Troisièmement : nous devons alors faire un choix. Nous avons été capables de nous voir avec amour et courage, nous avons grandi en liberté et nos motivations sont davantage consistantes. Il nous faut maintenant prendre une décision. La Grâce est avec nous, et nous sommes invités à prendre une option, qui découle librement de cette démarche. Nous voilà devant le risque, le défi, l’audace de tout quitter pour suivre Jésus, de laisser nos filets dans la barque et de quitter le père, de s’éloigner de l’argent dans la caisse du publicain, de rompre. Le choix radical se pose ici et maintenant.

Nous avons quitté la maison, il y a tant d’années, mais il y a tellement d’autres “maisons” que nous avons bâties pour nous-mêmes, au cours des années. Nous devons choisir de quitter le confort de ce qui nous est familier, de nos sécurités, de notre succès personnel, etc. Nous devons décider de quitter et de passer les frontières. Nos plans, nos agendas, nos façons de voir les choses, nos points de vue, notre ministère favori, quitter la façon de vivre qui nous plaît, voilà quelques éléments de ce royaume personnel qu’il s’agit d’écarter afin qu’arrive une nouvelle vie en Christ. Nous voyons que cela est arrivé souvent dans la vie de St Eugène ; quand il a décidé d’entrer au séminaire pour vivre pour Dieu seul, quand il a fondé les Missionnaires de Provence, quand il a décidé d’aller à Rome pour demander l’approbation des CC&RR, quand il a quitté Aix pour aller à Marseille pour aider son oncle, quand il a été appelé à devenir évêque, quand il a dû mettre à jour ses idées politiques dans une situation changeante en France, quand il a été appelé à envoyer ses missionnaires vers de nouveaux pays, hors de France. Tout cela a été une conséquence de cette décision d’être prêtre et de servir les pauvres, ce qui entraînera, par la suite, encore beaucoup d’autres décisions de passer les frontières.

IV - Quatrièmement, ces choix nous conduisent à une autre culture dont nous pourrions dire “voilà un drôle d’endroit » pour habiter. Nous avons en vérité passé des frontières, non pas simplement pour aller ailleurs et vivre à notre façon. Nous avons voyagé vers un pays de liberté où règne la logique de l’Évangile: où les premiers sont les derniers, où ceux qui essaient de sauver leur vie la perdront et ceux qui perdent leur vie pour l’amour de Jésus et de l’Évangile, la sauveront, où les sages et les savants ne comprennent pas les mystères du Royaume et les petits et les gens ordinaires le font, où les puissants sont détrônés et les humbles sont élevés, où c’est le Maître qui sert et lave les pieds, où la petitesse du grain de moutarde et le petit peu de levain révèlent le pouvoir de la foi, où qui se vide de lui-même est rempli, qui s’élève lui-même est abaissé, où les autres ont un fétu dans l’œil alors que j’ai une grande poutre dans le mien.

Nous entrons en cet étrange pays si nous osons faire le passage. Au lieu de mettre en valeur la réalisation de soi et l’épanouissement, nous embrassons l’appel de l’Évangile à nous transcender. Cette forme d’aller au-delà de nous-mêmes pour le royaume, pour Jésus, pour les pauvres, nous apporte une immense plénitude de joie, d’amour et de sens, sans mesure. Bien que ce soit un passage étroit, il n’y a rien de semblable dans le monde entier !

Maintenant, nous sommes dans la démarche de conversion, maintenant nous nous efforçons de devenir des saints comme Eugène nous exhorte de le faire. Maintenant nous pouvons approfondir notre communion de vie avec les autres, en communauté apostolique, non pas parce que la communauté répond à mes besoins, mais parce que, librement, je choisis d’aimer ceux qui sont mes frères et mes sœurs. Maintenant nous sommes des personnes libres qui pouvons collaborer avec d’autres et qui pouvons mettre en œuvre ensemble un plan avec des priorités. Maintenant nous nous rendons disponibles. Nous discernons ensemble et demandons à Dieu : « Quelle est la mission que vous voulez que nous fassions ? »

La conversion nous a conduits dans un étrange pays de liberté et de joie où tout, à première vue, semble sens dessus dessous. Nous sommes établis en liberté par l’Esprit de Jésus comme prophètes pour annoncer sa Bonne Nouvelle. Nous sommes capables de nous rendre disponibles pour le discernement de la Province qui a pris des décisions quant à notre façon de participer à la mission de Dieu.

Mes frères et sœurs, réunis pour cette Assemblée pour ranimer la flamme de l’Esprit et discerner de nouvelles orientations pour le ministère, c’est la Trinité Sainte qui nous appelle à participer, à grandir, à nous convertir, à être des saints et à partager intimement leur communion. Nous pourrons ainsi annoncer en vérité l’Évangile et être missionnaires des plus abandonnés. La Trinité nous appelle, nous équipe et nous envoie. La Trinité nous soutient et nous aime, elle nous invite à la sainteté et à participer à la mission de Dieu dans le monde. Comme communauté de Province nous nous demandons : « Que voulez-vous que nous fassions Seigneur ? » À l’exemple de St Eugène, dans une liberté radicale, menant une vie sainte en communauté apostolique, mettons-nous dans la prière à discerner les orientations afin d’apporter, comme Province OMI Lacombe, Canada, l’Évangile aux pauvres et aux abandonnés de notre société aujourd’hui. Nous demandons à Marie Immaculée de nous aider à écouter et à répondre de tout notre cœur à l’appel de Dieu.


Page 1 de 9»

36e Chapitre Général 2016
36e Chapitre Général 2016
Oblate Triennium
Oblate Triennium
Vocations OMI
Vocations OMI
Oblatio
Oblatio
Aix-en-Provence
Aix-en-Provence
Autres sites oblats
Autres sites oblats
Newsletter