535 - Juillet 2013
1 Juin 2013 - 3 Juillet 2013

Téléchargez

LE PÈRE GÉNÉRAL VISITE LE BANGLADESH

Le jour de la fête de la Visitation, la communauté de la Maison générale m’a «béni et envoyé» pour que j’aille faire, du 1er au 9 juin, une visite fraternelle aux Oblats de la Délégation du Bangladesh. La Délégation existe depuis 1973 et compte aujourd’hui trente-huit Oblats, qui travaillent en quatre diocèses. J’ai rencontré et parlé avec chacun des Oblats vivant actuellement dans le pays, j’ai visité la plupart des missions et les deux maisons de formation. J’ai participé aux liturgies, aux rencontres et à des repas avec les Oblats, les collaborateurs, les Sœurs, les laïcs, les prêtres, les Frères et les évêques. J’ai été heureux que le P. Rohan SILVA, Provincial de Colombo, m’ait rejoint pour quelques jours.

L’Église du Bangladesh est une communauté de foi très proche et forte. Beaucoup parmi les religieux et les religieuses, les prêtres diocésains, le laïcat et les évêques nous connaissent et travaillent avec nous. J’ai trouvé parmi eux, un bon esprit de collaboration et d’amitié. Partout où je suis allé, ces amis dans le ministère m’ont dit leur estime et leur admiration pour les Oblats de Marie Immaculée, en qui ils trouvent de vrais missionnaires.

Ma toute première impression est que nos frères Oblats, au Bangladesh, sont très proches des pauvres. Notre travail missionnaire prend en compte les dimensions importantes de la vie des pauvres: sacrements, catéchèse, prière, santé, éducation, culture, logement, agriculture, etc. Dans nos missions, nous collaborons avec plusieurs congrégations de religieuses et le souci pour l’éducation et la santé est toujours une partie centrale de notre ministère. Quant au dialogue interreligieux de façon formelle, c’est toujours une réalité en devenir à cause des soupçons et des peurs quant à nos motivations, mais la vie elle-même se passe en permanence de façon interreligieuse: dans notre pays de mission, nous sommes une petite minorité, nous servons chacun sans distinction.

Plusieurs Oblats sont directeurs d’école et d’autres enseignent. Grâce aux religieuses et aux laïcs, avec eux, ils permettent à l’éducation d’avoir un impact significatif dans la vie des pauvres, qui autrefois n’avaient qu’une maigre éducation, sans possibilité aucune de continuer des études. Dans une école, j’ai eu le privilège d’accorder un jour de congé, à cause de la visite du Père Général ! L’Oblat directeur d’école avait eu beau annoncer la nouvelle en bengali, j’ai su immédiatement de quoi il s’agissait quand 500 enfants ont commencé à sauter de joie, à applaudir et à crier de plaisir!

Dans une des missions, fondée il y a quatre ans, il y a eu au début, beaucoup de méfiance, d’opposition. Beaucoup ne voyaient pas d’un bon œil notre arrivée et étaient hostiles à l’établissement d’une mission. Les gens pensaient que les Oblats ne venaient que pour convertir les autres. Maintenant, après quatre ans, les gens du pays disposent d’une excellente école, d’un centre de santé en construction, et d’autres bonnes œuvres, quelle que soit la religion qu’ils pratiquent. De fait, les gens disent que la mission fait plus pour eux que leurs autorités civiles et religieuses. Les Oblats ont établi un bon rapport avec les gens et leur rendent visite fréquemment, alors que la plupart appartiennent à d’autres traditions religieuses ; ils leur disent ce qui se passe à la mission et leur demandent ce dont ils ont besoin. La confiance et l’ouverture sont en train de remplacer la crainte et la méfiance.

Au mois de mai, la capitale, Dhaka, a été inondée ; notre scolasticat aussi était dans l’eau. L’église des Oblats toute proche, elle, est restée hors de l’eau, et les Oblats l’ont ouverte aux gens des environs. Les familles étaient heureuses de pouvoir y trouver un refuge, un endroit sec pour y vivre et dormir, jusqu’à ce que l’eau s’en aille de leurs maisons. Ils ont trouvé un accueil chaleureux chez les Oblats, qui n’ont fait aucune distinction de religion. Ils ont été surpris que tous soient accueillis dans une église, alors que leurs propres lieux religieux leur restaient fermés.

Les tribus ont élu domicile dans les collines à l’écart du pays et sont souvent victimes des développements de la société qui envahit leurs lieux de résidence. Les dépouiller de leur territoire signifie la mort de leur mode de vie et de leurs sources de subsistance. Depuis des années, les Oblats de Marie Immaculée, dans leurs divers centres, rejoignent les tribus dans leur lutte pour défendre leur droit à la terre et à leur mode de vie. Les leaders laïcs et les Oblats ont reçu des menaces et ont été mis en danger à cause de leur engagement aux côtés des tribus.

Chaque jour les Oblats partagent la réalité des tensions sociales et religieuses et je me demande si l’avenir ne leur apportera pas encore plus de contrôles et de persécutions. Tous les jours ils rencontrent des obstacles dans leur ministère pastoral et dans l’ordinaire de la vie, telles que les distances, les routes, les véhicules, les coupures d’électricité, le climat, etc. La question du soutien financier des missions et des missionnaires reste posée. Mais, ici, ils sont au milieu des pauvres, ils vivent un style de vie simple et partagent beaucoup les mêmes privations. L’esprit des Oblats s’exprime dans le dévouement et la joie, même au milieu des incertitudes et des difficultés.

Grâce à Dieu, nous avons des vocations ; actuellement il y a quatre scolastiques dans le pays, cinq jeunes font le noviciat au Sri Lanka, trente-cinq finissent différents niveaux du secondaire, au Juniorat, et vingt-trois les rejoindront bientôt. Lors de ma rencontre avec l’archevêque émérite de Dhaka, il m’a dit qu’au début des années 70, il avait écrit à beaucoup de congrégations religieuses, leur demandant des missionnaires. Nous avions été les seuls à répondre et nous avions rapidement envoyé neuf Oblats. L’archevêque en reste très reconnaissant aux Oblats et reconnaît notre contribution à l’Église.

Je remercie vivement le P. Dilip SARKAR, Supérieur, et tous les Oblats de la Délégation, de m’avoir procuré une si bonne visite.



Page 1 de 9»

36e Chapitre Général 2016
36e Chapitre Général 2016
Oblate Triennium
Oblate Triennium
Vocations OMI
Vocations OMI
Oblatio
Oblatio
Aix-en-Provence
Aix-en-Provence
Autres sites oblats
Autres sites oblats
Newsletter