540 - Janvier 2014
26 Novembre 2013 - 3 Janvier 2014

Téléchargez

LA COMMUNAUTÉ, UNE FRATERNITÉ DE FOI

P. Paolo Archiati, OMI, Vicaire général

Il y a peu, nous avons commencé un parcours particulièrement important pour la vie et la mission de notre famille. Pendant ces trois ans, nous nous préparerons à célébrer, et célébrerons, les 200 ans de notre fondation. Par notre bulletin d’information, j’aimerais partager avec vous, durant cette année, quelques réflexions et considérations sur la communauté oblate, thème choisi pour cette première étape de notre chemin.

J’aimerais, pour commencer cette série de réflexions, revenir sur un événement que notre famille a vécu en 1976: le fameux «Congrès sur le charisme du Fondateur aujourd’hui». Le numéro spécial de Vie Oblate Life qui recueille les actes de ce congrès, contient un apport intéressant qui souligne quelques caractéristiques de la communauté, à la lumière de la vie apostolique, avec une référence particulière au Fondateur, aux débuts de notre Congrégation. Le P. Marcello Zago, voulant faire une synthèse du congrès, dans un article sur les points fondamentaux de notre spiritualité, voit dans la communauté un lieu d’apostolat et de sanctification, un milieu qui nous évangélise et, à travers lequel, nous-mêmes devenons un signe pour les pauvres et les plus abandonnés.

Dans la spiritualité oblate, un lien étroit existe entre le Christ, l’évangélisation et la communauté: trois éléments fondamentaux de la vie oblate qui sont à la base de tout son renouveau. La communauté n’est pas seulement un moyen d’évangélisation, elle est aussi le lieu de notre propre évangélisation: nous évangélisons dans la mesure où nous nous identifions au Christ; la communauté est alors un moyen indispensable afin que cela arrive. Parmi les caractéristiques de la communauté oblate, modelée sur celle des apôtres autour de Jésus, l’article cité souligne la charité comme sa loi fondamentale, l’unité, la communion autour de l’unique pain rompu, autour de la parole de Dieu et dans le partage des biens.

La communauté est avant tout une fraternité de foi: le Fondateur voulait que les Oblats reviennent en communauté non tellement pour se protéger des périls du monde, mais surtout afin qu’ils aient la possibilité de se sentir frères dans le Christ et qu’ils puissent ainsi, en contact avec lui, se retremper dans leur esprit. Dans cette communauté, chacun est pour les autres, ministre de la foi et accepte que les autres le soient pour lui, et ceci les conduit au-delà de la simple amitié et de la chaleur humaine, même si elles sont importantes pour la vie commune.

Parmi les obstacles que la vie commune rencontre, l’article énumère la dispersion, la diversité des activités et des ministères qui nous plongent dans des groupes de travail différents, la diversité de formation et d’origine. En certaines situations se vivent des frustrations et des déceptions, allant parfois jusqu’à la tendance cynique à tuer dans l’œuf, toute forme d’enthousiasme pour la vie commune et pour quelque activité communautaire que ce soit. Ailleurs, paradoxalement, l’obstacle principal à la communion de foi dans la communauté est l’apostolat lui-même; quand une œuvre apostolique est l’affaire d’une seule personne et non de la communauté, et quand le ministère crée une communauté de travail différente et éloignée de la communauté religieuse à laquelle nous appartenons. Beaucoup de nos maisons oblates, écrit le P. Zago dans l’article cité plus haut, ressemblent plus souvent à une pension qu’à une communauté. Il faut donc une nouvelle conversion au Christ et à l’Église, une conversion qui exige que les Oblats se rassemblent en communauté pour une auto-évangélisation, pour évaluer leur vie, la qualité de leur témoignage et leurs objectifs. En ceci, l’animation communautaire tient un rôle d’importance capitale.

La déclaration finale du Congrès insiste pour dire comment le renouvellement en acte du sens de la communauté, est vu par tous comme une chance, un enrichissement pour la vie de la Congrégation et pour sa mission évangélisatrice. La communauté, lisons-nous, n’est plus simplement de se retrouver comme ouvriers évangéliques qui travaillent ensemble; comme l’Église, la communauté s’évangélise elle-même et évangélise les autres. La personne du Christ qui, à travers la charité, se rend présente dans la communauté, évangélise celui qui accueille et vit un vrai partage de vie, et ainsi c’est la communauté entière qui évangélise.

Quelques unes des recommandations finales du congrès sont significatives en ce sens. On y recommande, par exemple, de choisir à tous les niveaux, des supérieurs qui croient à l’idéal oblat et qui vivent en ayant comme priorité, une démarche continue de renouveau; on demande d’être vigilants afin que ceux qui ne veulent pas aller de l’avant ne bloquent pas les autres sur leur chemin. Une autre recommandation invite à avoir le courage d’abandonner les œuvres non conformes au but de l’Institut, afin de promouvoir celles qui le sont (et pour faire un tel discernement, le facteur communauté devrait avoir un poids déterminant, plus que ce qu’il a souvent).

«C’est pourquoi – lisons-nous dans la déclaration finale – nous vivons en communauté... en elle nous nous fortifions réciproquement dans la foi, et par la charité, nous nous enrichissons les uns les autres de notre découverte de Dieu et du Christ qui vit et agit en nous et dans le monde». Si nous considérons que cet important congrès a eu lieu, il y a presque 40 ans, nous nous rendons compte combien quelques défis sont restés actuels jusqu’aujourd’hui, et nous comprenons pourquoi la conversion est un chemin qui garde son actualité.


Page 1 de 10»

36e Chapitre Général 2016
36e Chapitre Général 2016
Oblate Triennium
Oblate Triennium
Vocations OMI
Vocations OMI
Oblatio
Oblatio
Aix-en-Provence
Aix-en-Provence
Autres sites oblats
Autres sites oblats
Newsletter