542 - Mars 2014
29 Janvier 2014 - 25 Février 2014

Téléchargez

AFRIQUE-MADAGASCAR

Chez les Oblats, d’autres missionnaires sont envoyés en mission

L’Institut Africain des Sciences de la Mission (IASMI), dirigé par les Oblats, à Kintambo, un quartier de Kinshasa, organise depuis 1994, un programme de formation pour les missionnaires, venus d’ailleurs pour travailler au Congo. Depuis lors, une centaine de participants y ont suivi le cursus de formation qui se termine toujours par un solennel envoi en mission. Cette année, cette célébration a eu lieu le 18 janvier.

L’inspiration de base de cet envoi est l’Evangile, avec des symboles de la culture africaine. La célébration atteint son sommet au moment de l’onction de kaolin, une argile à base de chaux, avec lequel le célébrant trace le signe de la croix sur le front, les mains et les pieds de ceux qui sont envoyés en mission. Le kaolin est utilisé dans les rites d’initiation et en d’autres moments importants de la vie, au Congo et ailleurs en Afrique. Il devient ici un symbole de bénédiction et de communion, de pureté et de fidélité dans l’accomplissement de la mission reçue.

Normalement les “envoyés”, dont le nombre varie de semestre en semestre, sont prêtres, religieux ou religieuses. Cette année, il y avait trois Sœurs: une Franciscaine Missionnaire de Marie de Colombie, et deux Indiennes de la Société Missionnaire du Sacré Cœur de Jésus.

La cérémonie s’est tenue comme d’habitude, dans la chapelle voisine du scolasticat des Oblats de Marie Immaculée, en présence de plus de deux cents personnes, y compris des étudiants, des professeurs et des employés de l’ISEM (Institut St Eugène de Mazenod), qui comprend les facultés de Théologie, de Missiologie et un Institut d’animation missionnaire. Il y avait aussi un nombre important de laïcs, des jeunes gens et jeunes filles qui suivent les cours de spécialisation en informatique, au centre créé par le P. Giovanni SANTOLINI, qui maintenant repose dans sa tombe, sur le terrain du scolasticat.

Pendant la Messe, le nombre des “envoyés” s’est accru d’une unité. Le célébrant, l’Abbé Félicien Mwanama, prêtre diocésain et professeur de missiologie à notre Institut, s’est joint spontanément au groupe des trois Sœurs. Il venait en effet d’être nommé évêque de Luisa, un grand diocèse à l’intérieur du pays. Pendant l’homélie, il a souligné que lui, comme évêque nouvellement nommé, il se sentait comme s’il «allait au loin» (selon l’invitation du Pape dans Evangelii gaudium) il se sentait donc pleinement participant dans ce rite d’envoi.

Les chants rythmés et les harmonies polyphoniques du vaste répertoire congolais ont vraiment aidé à créer une atmosphère d’intense participation. Chaque fois que nous célébrons cet envoi missionnaire, on retrouve le goût d’un événement qui rallume chez tous, la joie de l’Evangile, la joie de la mission. (P. Domenico ARENA)



La réponse de l’Eglise au SIDA

Le Bureau du SIDA de la Conférence des Evêques d’Afrique du Sud (SACBC) et l’Institut Théologique Saint Joseph ont publié le livre «Réponses catholiques au SIDA en Afrique du Sud.» Ce fut durant la session plénière de la SACBC, le 25 janvier 2014, à Manzini. Les auteurs en sont Stuart BATE, OMI, et Alsison Munro, OP.

Ce livre reprend les réponses de l’Eglise, pendant ces trente dernières années, telles qu’elles ont été discutées lors d’une conférence tenue en janvier 2013 à l’Institut St Joseph de Cedara, KwaZulu Natal. Différentes interventions examinent les réponses des diocèses urbains et ruraux, la théologie du péché dans le contexte du SIDA, l’épineuse question, pour l’Eglise catholique, de l’usage du préservatif, la question du dépistage ou non du VIH chez les candidats au séminaire et à la vie religieuse, le SIDA comme thème dans l’accompagnement spirituel, et enfin, le SIDA et le dialogue interreligieux.

Au plan mondial, l’Afrique du Sud a été la région la plus affectée par le VIH et le SIDA. En 2011, on estimait qu’environ 10% de la population était porteuse du VIH. Mais un bien plus grand pourcentage de la population a été affecté par les conséquences de l’infection. Beaucoup devaient soigner et soutenir la famille et les amis, infectés par le VIH. Beaucoup d’autres avaient subi des pertes de parents ou d’autres personnes proches décédées du SIDA. On estimait à quelque deux millions les «orphelins du SIDA.»

L’Eglise catholique a été, en Afrique du Sud, l’un des principaux acteurs dans la réponse à cette crise. Les débuts, dans les années 80, ont été relativement lents; c’est à partir des premières années du 21e siècle que l’Eglise est devenue une source majeure de soins de santé et d’information sur la prévention du VIH. Le livre examine l’activité pastorale sur le terrain et les motivations théologiques de cet engagement. Malgré une réponse pastorale au plan de la santé et son activité sociale sur le terrain, sans proportion avec la taille modeste de l’Eglise dans la région, la société estime généralement que l’Eglise catholique a un impact négatif sur ce fléau. Une simple recherche sur Google portant sur «SIDA et Eglise Catholique» montre – à part les sites de l’Eglise catholique – une série de commentaires totalement négatifs, centrés uniquement sur un point: le préservatif. Que puisse dominer une telle imputation de bouc émissaire, si partiale, est une triste illustration de la manipulation de la vérité dans le monde moderne. Elle montre comment le contrôle des moyens de production des technologies de l’information instaure une hégémonie, basée sur une approche philosophique séculariste au phénomène libertaire de la liberté sexuelle. La réalité est bien plus vaste et bien plus nuancée que ne le voudraient ces préjugés. Ce livre espère jouer un petit rôle pour rééquilibrer la balance.



Les défis sont énormes

En 2013, notre Délégation du Sénégal a fêté ses dix ans de présence en Guinée Bissau. Ce n’est certes pas beaucoup en termes de durée mais notre regard ne veut pas se limiter à l’aspect quantitatif. Ce que nous voulons aujourd’hui, c’est évaluer la qualité de cette présence et plus encore nous voulons déceler de nouveau les besoins, pour mieux nous tourner vers les défis que comporte notre présence missionnaire en Guinée.

En dix ans nous avons eu le temps de nous installer, de nous adapter, de découvrir toutes les réalités concrètes du pays, de connaître la situation sociopolitique. Nous avons partagé le quotidien des populations et vécu avec elles certaines crises, qui ont laissé des séquelles encore considérables aujourd’hui. Dix ans c’est le temps qu’il nous a fallu pour mettre sur pied une base solide, une fondation profonde pour notre projet missionnaire en Guinée, comme en témoigne notre évolution depuis notre arrivée en octobre 2003.

De Farim à Antula nous avons voulu suivre le Christ, le laisser vivre en nous, l’annoncer et le transmettre aux autres. Ceci en réponse à la grande attente que cette Église de Guinée nous a exprimée, au tout début de notre arrivée: «Les nouveaux missionnaires ne sont pas tenus de faire des miracles, mais ils doivent être des hommes de Dieu.». Hommes de Dieu nous l’avons été à chaque fois que nous avons porté sa parole vers tous ces cœurs qui cherchent Dieu. Nous l’avons été toutes les fois où nous avons témoigné de son amour pour le genre humain. Nous ne cessons de l’être aussi longtemps que brûle en nous un amour inconditionnel pour le Christ et son Église, à l’image de notre saint Fondateur.

Aujourd’hui notre élan missionnaire en Guinée ne devrait plus connaître des moments de doutes et d’hésitations. Les défis sont énormes. Sur le plan apostolique il y a un manque d’agents pastoraux: il y a encore des paroisses et missions sans présence permanente de prêtre. Il y a encore des zones où des paroisses devraient voir le jour: la taille de certaines missions est si importante qu’il faudrait les scinder. Pour ne citer que cela !... Sur le plan social, il reste beaucoup à faire: à cause de l’instabilité politique de ce pays aucun gouvernement ne réussit vraiment à se pencher sur la question sociale et à en faire une priorité. Et comment oublier la jeunesse guinéenne? Elle a grande envie d’éducation et de scolarisation, mais hélas, elle est victime des crises scolaires qui jusque-là ne connaissent pas de solutions véritables. Le système scolaire est paralysé: seules les écoles privées connaissent un fonctionnement normal. Mais ici ces écoles ne sont pas à la portée du Guinéen moyen.

Bref les besoins et les appels sont nombreux, nous devons tous les porter dans notre cœur et les offrir au Seigneur dans notre prière quotidienne ainsi que dans notre action évangélisatrice. Gardons présent à l’esprit que «la gloire de Dieu c’est l’homme debout». Alors, accompagnons le peuple de Guinée, qui cherche à se relever et à marcher vers Dieu! (P. Simon Pierre BADJI dans Échos de la Délégation du Sénégal - Guinée Bissau, janvier 2014)



Foyer «Joseph Gérard» de Dakar: une nouvelle maison

Dans la vie d’un homme, 25 ans est un âge important. On commence à concrétiser le chemin de sa propre vie. Souvent, pour des raisons professionnelles ou affectives, on quitte la maison paternelle pour aller vivre chez soi. Le Foyer ‘Joseph Gérard’ a vécu ce même passage: avec ses 25 ans de vie il a trouvé sa propre maison. Il est né dans une maisonnette à côté du presbyterium de la paroisse «Marie Immaculée» des Parcelles Assainies de Dakar. Devenu enfant, il avait déménagé à Castor: sa maison était celle du Prénoviciat. Le 7 octobre il a inauguré sa propre demeure au CSPA, derrière la Police, au numéro 22 des Parcelles Assainies, tout en gardant des liens très étroits avec les grands-frères du Prénoviciat. Cela grâce à l’aide de ses parents: la délégation Sénégal-Guinée Bissau des Oblats et M. Honoré Gbaguidi.

Le 15 février 2014, on a profité de la visite du père Général, p. Louis LOUGEN, pour bénir la nouvelle maison.

Les tam-tams ont bien exprimé notre joie d’avoir le p. Lougen parmi nous. A suivi une rencontre entre les jeunes et le p. Général, qui nous a invités à une connaissance de soi toujours plus profonde pour être des personnes transparentes et cohérentes. Après avoir accueilli les prénovices de Castor, les autres Oblats de Dakar, les sœurs Franciscaines des Pauvres et les quelques amis de la communauté, on a procédé à la bénédiction de la maison. En faisant le tour de la maison, le p. Louis ajoutait ses propres bénédictions: à la dépense «Qu'il ne manque jamais à manger»; sur les escaliers «Que personne ne tombe»; dans les chambres des formateurs «Sagesse, patience, bonne humeur»! Et nous avons partagé enfin le repas fraternel. 

La première promotion du nouveau foyer est composée de quatorze jeunes et de deux Oblats. Notre première occupation est la fréquentation des cours de ‘Première’ et ‘Terminale’, aux Cours Secondaires des Parcelles Assainies. Mais nous les vivons ensemble avec le désir d’éclairer notre appel à la vie consacrée dans la famille des OMI et avec l’esprit du Foyer.

Le foyer est le lieu du feu! Le feu qui réchauffe et qui rassemble la famille: c’est ce que nous vivons dans nos repas, dans les moments de partage, dans le sport, dans l’entretien de la maison.

Le feu qui illumine et qui incendie: c’est ce que nous essayons de vivre dans les activités pastorales à la paroisse ou simplement avec le témoignage de notre vie à l’école.

Le feu qui brûle et purifie: c’est ce que nous vivons avec la prière quotidienne de la liturgie des heures et de l’Eucharistie, les moments de formation et d’accompagnement spirituel. Seigneur embrase-nous de ton Esprit, mets-en nous le feu de ton amour… Mais faisons attention à ne pas incendier la maison! (Claudio CARLEO)



«Page 6 de 10»

36e Chapitre Général 2016
36e Chapitre Général 2016
Oblate Triennium
Oblate Triennium
Vocations OMI
Vocations OMI
Oblatio
Oblatio
Aix-en-Provence
Aix-en-Provence
Autres sites oblats
Autres sites oblats
Newsletter