562 - Janvier 2016
4 Décembre 2016 - 8 Janvier 2016

Téléchargez

200 Ans – Le moment pour dire “Merci” à Dieu


P. Gilberto Piñón Gaytán, omi, Assistant Général

Nous avons tous appris depuis notre enfance, à dire ‘Merci’ quand quelqu’un nous donnait quelque chose. Pendant toute l’année 2016, les Oblats nous aurons l’occasion de dire «Merci Seigneur, pour tous ces dons, reçus pendant ces deux cents ans, depuis notre fondation.» Ce n’est pas seulement la Congrégation qui devra remercier le Seigneur, mais aussi chaque Unité séparément. En effet, chaque Unité a sa propre histoire à contempler et à admirer, afin de reconnaître et de voir en détail le «passage du Seigneur» dans nos vies.

J’invite donc chacun à réfléchir, à méditer et même à discuter à propos des étapes du processus de fondation et de vocation qui nous constitue, telles qu’elles sont énumérées ci-dessous:

1. L’expérience de Dieu et le Don du Charisme oblat

Le Fondateur a été favorisé par son expérience de l’Amour de Dieu, un certain Vendredi saint. Il a goûté à la personne de Jésus comme Sauveur. Cette expérience a conduit Eugène à comprendre le contenu de son appel, à tout quitter et à suivre Jésus. C’est cette expérience qui nous a tous guidés sur le chemin qui conduit vers les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. Les dons humains et spirituels que nous avons reçus nous ont amenés à nous identifier au Charisme oblat de St. Eugène. Cette expérience de Dieu et du Charisme oblat n’est pas seulement essentielle à l’originalité de la fondation de notre Congrégation, mais également aux origines et fondements de notre propre vocation.

Je trouve que passer du temps à méditer la Préface de nos Constitutions et Règles, nous aidera à nous renouveler dans notre décision de tout quitter et de suivre le Christ, de façon radicale et prophétique. A plusieurs reprises, notre Supérieur général, P. Louis Lougen, a insisté sur ce point, dans ses conférences aux Oblats, à travers le monde. Dans la Préface, nous trouvons les vraies motivations qui ont guidé le P. Eugène, dans la fondation des Oblats et qui nous ont guidés, nous aussi, pendant ces derniers deux cents ans.

2. Une fondation avec des disciples fidèles

Pendant ces deux cents ans, des vocations nous ont été données. Chaque génération d’Oblats a contribué à la compréhension de notre Charisme et de notre type d’activité missionnaire dans l’Eglise. Grâce au témoignage fidèle des générations précédentes, nous nous sommes fait une place dans l’Eglise et nous pouvons être fiers d’appartenir aux Missionnaires Oblats de Marie Immaculée.

La canonisation de notre Fondateur, en 1995, nous a puissamment aidés à réaliser ce que St. Eugène disait: que notre nom est vraiment un «passeport pour le Ciel».

3. Implantations et expansion ont garanti notre continuation

Pendant ces 200 ans, nous avons adapté beaucoup de choses aux besoins du temps. Chaque Chapitre général a été une occasion pour réévaluer et organiser notre activité missionnaire, suivant les besoins du monde. Nous avons beaucoup travaillé pour adapter nos Constitutions et Règles, qui sont à la racine et au cœur de notre charisme Oblat. Elles sont fondées sur les valeurs qui ont poussé le Fondateur à rassembler autour de lui ce groupe d’hommes, qui avec le temps, est devenu les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. Comme ces Constitutions et Règles sont tellement fondamentales, chaque génération d’Oblats doit les réfléchir et les assimiler, au cours de l’évaluation de sa vie et de sa mission.

Les Constitutions et Règles sont, depuis le début, le critère essentiel de notre tradition. Elles ont évolué au fil des ans et tel et tel Chapitre général les a révisées, afin de nous guider, et faire de nous les témoins des valeurs oblates, dans notre vie et notre mission. Partis des humbles débuts, dans la ‘chambre haute’ de notre maison de fondation, à Aix-en-Provence, nous sommes maintenant présents en 68 pays. Notre Fondateur nous redit «ne vous épargnez aucun effort pour étendre l’empire du Sauveur»; nous devons donc, nous aussi, rechercher où se trouvent les pauvres d’aujourd’hui.

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un double choix, soit nous renouveler nous-mêmes et survivre, soit nous maintenir statiques et attendre la mort. Tout organisme qui ne se renouvelle pas est destiné à mourir. Il n’y a aucune raison d’exister dans l’Eglise si nous ne sommes pas fidèles à notre charisme. Le Christ nous a promis que les pauvres seront toujours parmi nous, mais la question est: aurons-nous de bons et fidèles Oblats pour prendre soin des pauvres?

4. Les cinq appels à la Conversion du Chapitre général de 2010

Comme cela se fait d’habitude, le dernier Chapitre général de 2010 nous a appelés à nous convertir afin d’être efficaces dans notre mission de collaborateurs, dans la construction du Règne de Dieu, dans le monde. L’appel nous a été fait, il y a cinq ans et il revient à nouveau dans la voix du Pape actuel. Dans Evangelii Gaudium, le Saint Père nous dit que l’Eglise et la société ont besoin de conversion. Nous avons tous besoin de nous ‘guérir’ et de guérir le monde.

5. Suggestions des Supérieurs Majeurs

Il y a trois ans, dans la préparation de l’Interchapitre à Bangkok, le Supérieur général a invité tous les Supérieurs majeurs à présenter quelques signes concrets de conversion. Ci-dessous, vous pouvez lire un choix de ces suggestions des Provinciaux et des Supérieurs de Délégation. Aurons-nous le courage de choisir quelques uns de ces signes concrets de notre conversion commune?

· Mettre en route un processus de discernement au plan de chaque Unité afin de déterminer:

§ Quels ministères oblats devrions-nous garder et quels nouveaux ministères entreprendre?

§ Quelles Provinces devraient devenir Délégations; quelles Délégations devraient-elles devenir Missions?

· Que pourrait-on faire pour les nouveaux pauvres: jeunesse, migrants, réfugiés, personnes âgées, les femmes, leur permettre de prendre leur juste place, les prisonniers, les minorités culturelles, les peuples indigènes, les groupes VIH.

· Préciser et promouvoir le charisme oblat parmi les laïcs et établir un projet de collaboration avec les Associés oblats, fondé sur le Charisme oblat.

· Commencer une nouvelle mission "ad extra”, ou au sein d’une Unité oblate, parmi les "nouveaux pauvres».

· Créer des "communautés pilotes”, en insistant sur le témoignage oblat d’une vie de vœux en communauté apostolique, parmi les pauvres.

· Que chaque Région se charge du projet de fonder ensemble une nouvelle mission interculturelle et internationale.

· Fonder des communautés autour de paroisses chrétiennes et missionnaires qui soient davantage que de simples bureaux administratifs.

· S’engager dans la justice sociale, l’éco-justice, la paix et la réconciliation, en pratiquant la non-violence.

· Dialoguer avec des groupes d’autres croyants, qui existent en dehors, mais proches de la communauté oblate.

· Envoyer une lettre au Saint Père pour lui renouveler notre intention de servir l’Eglise et l’assurer de notre promptitude à accepter une nouvelle mission, là où les besoins sont les plus pressants, parmi les pauvres.

A la lumière d’Evangelii Gaudium et de Laudato Si, nous sommes invités à préparer un nouveau projet missionnaire parmi les pauvres, tenant compte d’une Ecologie et Economie durables.

Grande est la tâche qui nous attend! Prenons conscience que nous ne sommes pas seuls. Le Seigneur marche avec nous! Remercions le Seigneur avec ces quelques mots inspirés de la vie du Bienheureux Oscar Romero:

" C’est utile de temps en temps de prendre du recul et de regarder au loin. Le Royaume n’est pas seulement au-delà de nos efforts, il est même au-delà de notre vue. Ce que nous pouvons accomplir en une vie ce n’est qu’une minuscule fraction de l’entreprise magnifique qu’est l’œuvre de Dieu. Rien de ce que nous faisons n’est complet, ceci dit en d’autres mots, que le Royaume est toujours devant de nous.

. . . Nous semons les semences qui pousseront un jour. Nous arrosons les semences déjà plantées, sachant qu’elles portent en elles des promesses d’avenir. Nous posons les fondations qui auront besoin de nouveaux développements. Nous insérons le levain qui travaille bien au-delà de nos capacités. Nous ne pouvons pas tout faire, et le réaliser provoque en nous un sens de libération…

Ce n’est pas fini, mais c’est un commencement, une étape au long du chemin, une occasion pour la grâce de Dieu d’entrer et de faire le reste. Nous ne verrons jamais le résultat final, mais en cela réside la différence entre le maître du chantier et le simple ouvrier.

Nous sommes les travailleurs, non pas le maître du chantier, des serviteurs et non pas des Messies. Nous sommes les prophètes d’un avenir qui n’est pas nôtre.

Et pour conclure notre action de grâce, souvenons-nous de notre Fondateur St. Eugène: «Que les frères Oblats se pénètrent tous de l’esprit de famille qui doit exister parmi nous... J’en ai toujours remercié Dieu comme d’un don particulier qu’il a daigné m’accorder; car c’est la trempe de cœur qu’il m’a donnée, cette expansion d’amour qui m’est propre… comme il en est, si j’ose dire, de l’amour de Dieu pour les hommes... Que ce soit pour nous aider mutuellement à goûter davantage le charme de notre vocation, que tout se rapporte à Dieu pour sa plus grande gloire. C’est le vœu le plus ardent de mon cœur.”

Lettre au P. Mouchette, modérateur des scolastiques, 2 décembre, 1854. (Yenveux V, 209)Choix de Textes, 299, p. 348-9




Page 1 de 8»

36e Chapitre Général 2016
36e Chapitre Général 2016
Oblate Triennium
Oblate Triennium
Vocations OMI
Vocations OMI
Oblatio
Oblatio
Aix-en-Provence
Aix-en-Provence
Autres sites oblats
Autres sites oblats
Newsletter