566 - Mai 2016
13 Avril 2016 - 10 Mai 2016

Téléchargez

CHARITÉ ET ZÈLE

Charité et Zèle


P. Paolo Archiati, OMI, Vicaire général

Le "mois de mai oblat” est riche en célébrations : la neuvaine de prière pour les vocations, les anniversaires du P. Albini et de saint Eugène, la fête du bienheureux Joseph Gérard; et cette année, s’ajoutent encore à toutes ces fêtes, la célébration de l’année de la miséricorde, les 200 ans de notre fondation, la préparation du 36e Chapitre général… Que nous faut-il de plus pour être heureuxet remercier Dieu pour tous ces dons de son amour?

Et pourtant, nous avons bel et bien encore une autre raison de rendre grâce. Elle est au cœur de chaque 21 mai, à savoir: le testament de notre Fondateur. Combien de fois ne l’avons-nous pas lu, médité, commenté! Et il demeure toujours la pierre d’angle de notre fondation, de notre famille, de notre mission dans l’Eglise. Il est le cœur de toute sa vie.

Nous gardons le souvenir de beaucoup d’événements, liés à la vie de saint Eugène. Le 21 mai cependant tient une place spéciale. Dans la tradition de l’Eglise, il est le jour de naissance, le ‘dies natalis’, le jour que Dieu a choisi pour appeler son fidèle serviteur en sa gloire, la gloire pour laquelle il a dépensé toute sa vie.

Toute la vie de saint Eugène est résumée avec bonheur, dans son testament spirituel et, pour nous, Oblats, il précise les deux éléments qui sont au cœur de la vocation et de la mission oblates. Il résume aussi les deux grandes attentes d’Eugène. Toute notre spiritualité tourne au tour de ces deux points.

A l’Interchapitre de 2013, à Bangkok, nous avons commencé une préparation éloignée du Chapitre général de 2016, en nous demandant quel pourrait en être le thème. Sept groupes ont discuté et approfondi les principaux éléments proposés: vivre et témoigner – la pauvreté évangélique – nouveaux Oblats pour une mission renouvelée et mise à jour – nouvel Esprit, nouvelle mission… dans un monde en changement – identité religieuse oblate – notre mission chez les pauvres – une nouvelle identité missionnaire dialogique et transparente avec les pauvres.

Tous ces thèmes m’ont fait penser au combat intérieur du jeune Eugène, lorsqu’il essayait de trouver son chemin pour servir Dieu. D’un côté, il se sentait appelé à se retirer dans la solitude d’un monastère, à s’y adonner à la contemplation et à rester seul avec Dieu, le Dieu qui lui avait montré tant de miséricorde et auquel il voulait consacrer toute sa vie. D’autre part, connaissant la situation déplorable de l’Eglise, de ceux qui avaient perdu la foi, et surtout des pauvres et des plus abandonnés, il se serait senti ‘coupable’ de se cacher dans un monastère, loin du lieu où il aurait montré sa gratitude envers Dieu par une vie donnée à la prédication de l’Evangile aux pauvres. Ce combat intérieur a duré longtemps dans sa vie; ensuite, petit à petit, il est arrivé à intégrer ces deux aspects. Dans sa première Règle, il indique aux Oblats combien il est crucial de les vivre tous les deux ensemble, aussi profondément que possible.

Son testament spirituel aux Oblats, ses tout derniers mots, ont été la meilleure expression possible du message qu’il voulait transmettre. «Parmi vous pratiquez la charité, la charité, la charité». C’est un appel à toujours revenir au cœur même de notre vocation: vivre notre vie comme un don à Dieu en réponse au don qu’il nous fait. Nous sommes tous des pécheurs pardonnés voilà la raison même de notre amour pour Dieu: être reconnaissants pour son amour et son pardon. La meilleure façon de le montrer est de vivre la charité, les uns envers les autres, dans nos relations à l’intérieur de notre famille. C’est un appel à redécouvrir notre identité même comme disciples de Jésus, à nous renouveler dans l’esprit de notre charisme. Cela est très bien dit dans notre Constitution 2 : «Mis à part pour annoncer l’Evangile de Dieu (Rm. 1,1) les Oblats abandonnent tout à la suite de Jésus Christ: pour être ses coopérateurs, ils se doivent de le connaître plus intimement, de s’identifier à lui, de le laisser vivre en eux.»

«Et, au-dehors, le zèle pour le salut des âmes». La deuxième partie du testament d’Eugène souligne l’autre aspect de notre vie oblate: la mission, l’évangélisation, le zèle, le souci du dehors. C’est ce qui a préservé Eugène de s’enfermer dans un monastère afin de se donner à Dieu sans être jeté au milieu du monde, mêlé aux gens et parmi les pauvres. Il a expérimenté le pouvoir du sang de Jésus, versé pour lui et pour ses péchés, et il a voulu donner toute sa vie pour faire parvenir le salut acquis par ce sang, au plus grand nombre, à sa portée, œuvre à laquelle s’emploieraient aussi tout particulièrement ses Oblats.

Dans ses Notes de Retraite du 8 octobre 1831, Eugène a exprimé très clairement le but de sa petite société: vivant ensemble comme des frères, les Oblats ont comme travail principal l’évangélisation des pauvres, continuant, par une imitation constante, les vertus et exemples de leur Sauveur Jésus-Christ. Les deux aspects de leur vie sont tellement intimement unis qu’il n’est en aucun cas, possible de les séparer.

La mission dans et par la communauté, la communauté pour la mission, tel a été le message nous venant de notre dernier Chapitre général. Une mission avec de nouvelles couleurs, comme celles que répète souvent le pape François: les périphéries, les frontières, les nouveaux pauvres, ceux que nous appelons: «Les pauvres aux multiples visages.» (cf. C.5)




Page 1 de 8»

36e Chapitre Général 2016
36e Chapitre Général 2016
Oblate Triennium
Oblate Triennium
Vocations OMI
Vocations OMI
Oblatio
Oblatio
Aix-en-Provence
Aix-en-Provence
Autres sites oblats
Autres sites oblats
Newsletter